Hypnose, méditation: pourquoi ces thérapies fonctionnent

Depuis une dizaine d’années, les thérapies non médicamenteuses, telles que l’hypnose et la méditation, se développent et trouvent une légitimité. Les troubles anxieux, les dépressions, les troubles alimentaires, les addictions et les douleurs sont leurs principales indications.

D’ailleurs, le chercheur Pierre Rainville de l’université de Montréal nous informe d’une grande similitude entre l’hypnose, le yoga et la méditation sur le cerveau.

Voir également un article de Pierre Rainville paru dans la prestigieuse revue Science:

P. Rainville, G.H. Duncan, D.D. Price, B. Carrier et M.C. Bushnell, « Pain affect encoded in human anterior cingulate but not somatosensory cortex », Science, vol. CCLXXVII, n° 5328, 15 août 1997.

0

L’hypnose, une thérapie d’actualité

hypnose dans actualite

Hier lors de mon entrevue donnée sur les ondes de Rythme FM 105.7 FM dans le cadre de l’émission des Midis de Véro une chose était évidente: l’hypnose est une thérapie d’actualité. Même si celle-ci date des temps immémoriaux comme utilisation, elle a fait ses preuves auprès de l’auditoire tant l’intérêt suscité fut grand. L’éventail des questions abordées montrait l’engouement et le besoin à combler.

À écouter ici:

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Partie 4

À peine les lignes ouvertes à la station, que nous recevions les demandes de question par dizaines tant sur le téléphone que par internet. En l’espace de 24 h, mon site internet a reçu des dizaines de visites et de requêtes par courriel sans parler des rendez-vous pris. Le succès de cette présentation de ne peut que passer par le professionnalisme de la formation que j’ai reçu à l’E.F.P.H.Q.

Il apparaît d’ailleurs évident que le public québécois est en demande de thérapies alternatives pour peu qu’on leur fasse la preuve d’une façon responsable de notre démarche. Pour ce faire, je sollicite cette tribune pour tendre la perche aux universités et centres de recherches. Je souhaite relancer la recherche dans le domaine de l’hypnose au Québec et au Canada. Mon passé dans le domaine de la recherche se veut garant de mon approche. C’est par la recherche clinique et la publication en collaboration avec les hôpitaux et les centres de recherche que nous pourrons en temps que thérapeutes de soins alternatifs garantir la pérennité et la pertinence de notre démarche. J’invite aussi les hypnothérapeutes à maintenir des statistiques sérieuses sur leur clientèle afin de pouvoir répondre aux demandes du public dans les médias. On compte à l’heure actuelle près de 13 000 publications scientifiques dans le domaine de la santé versus l’hypnose sur PubMed (PubMed est le moteur de recherche scientifique états-uniens le plus visité au monde). Désormais, on ne peut douter du sérieux des hypnothérapeutes, psychologues, psychiatres, dentistes et médecins qui utilisent l’hypnose comme outil de travail.

Enfin, je crois que tout le monde y trouvera son compte en satisfaisant aux besoins de la population dans le cadre de leurs compétences respectives.

P.S. Je tiens à remercier chaleureusement Mesdames Alex Daragon (recherchiste), Josée Boudreault (animatrice) et Patricia Paquin (animatrice) pour leur accueil et professionnalisme à la station de radio.

0

Combattez la morosité saisonnière par l’hypnose

morosité saisonnière

morosité saisonnière

 

Plusieurs personnes peuvent être aux prises en ce moment avec un sentiment de déprime. En effet, comment rester insensible devant le matraquage médiatique qui entoure la situation économique et la grippe A (H1N1). C’est une véritable psychose qui s’est emparée de nos écrans et laisse peu de place à la raison. Ainsi le sensationnalisme diffusé dans les médias autour de ces questions entretient un état de morosité qui paralyse la population. On est en train de conditionner les gens à avoir peur. Conséquemment, on programme la maladie et prolonge la morosité. Pourquoi est-ce que cela se produit ainsi ? C’est qu’il a été largement démontré que dans un combat entre l’imagination et la réalité que l’imagination d’une personne l’emporte toujours sur la réalité. Le cerveau ne fait pas la distinction entre une expérience réelle ou imaginaire. Dans ce cas, la meilleure solution passe peut être par éteindre la télévision ou écouter des émissions qui vous font grandir.

Comme par hasard, ce blues coïncide souvent avec l’arrivée de l’hiver et la diminution de la luminosité. Entre 15-20% de la population des pays situés à proximité des cercles polaires (nord et sud) vivent des effets reliés au manque de lumière. On parle ici de la période comprise entre octobre et avril. Le mécanisme en jeu suit la production de la mélatonine. La mélatonine est une molécule produite naturellement par le cerveau au niveau de l’épiphyse. Elle provoque les symptômes de l’endormissement lorsqu’elle est sécrétée. Ainsi la température du corps diminue, la somnolence apparaît et le cerveau est moins alerte. Ce phénomène est produit naturellement à la tombée du jour avec la baisse de luminosité. Il s’inverse quand la lumière revient frapper la rétine le matin. Les modifications de l’humeur s’en suivent, avec une diminution d’énergie, un besoin de sommeil accru et une baisse d’appétit. Pour la contrer, on peut faire de la luminothérapie, faire du sport, prendre des saunas, avoir des activités sociales ou spirituelles ou encore suivre des séances d’hypnothérapie.

Par hypnothérapie, on peut favoriser la sécrétion naturelle de sérotonine (l’antagoniste de la mélatonine impliqué dans le contrôle de l’humeur) par des techniques de visualisation. On utilise ici le principe énoncé ci-dessus de l’imagination d’une façon positive. On pourrait ainsi revivre une chaude journée d’été passée sur la plage au soleil faisant accroître la sérotonine le neurotransmetteur du bonheur. On pourrait plonger à l’intérieur du cerveau et aller activer des manettes, pousser des boutons sur un panneau de contrôle. La thérapie pourrait également porter au niveau de l’augmentation de la confiance en soi. Il peut aussi être nécessaire d’enseigner l’autohypnose pour favoriser un sommeil réparateur en cas de manque de sommeil. La portée du traitement pourrait aussi nous amener à revoir la façon dont on conçoit le monde qui nous entoure. On reprendra contact dans la réalité sans rester centré sur notre personne et nos peurs. On choisit de réécrire son rôle dans la vie. L’hypnose peut porter sur l’harmonisation de nos contraires pour rééquilibrer notre part de lumière avec la part d’ombre qui vit en nous.

Finalement, il est aussi possible de pratiquer le sourire d’une façon consciente tel qu’enseigné par le maître bouddhiste vietnamien Thich Nhât Hanh. On place un demi-sourire sur les lèvres pendant quelques périodes de 10 minutes par jour ou lorsqu’on vit des situations difficiles. Cette méthode ancestrale simple a été démontré efficace pour apaiser les muscles de l’ensemble du corps et procure au niveau du système nerveux le même effet que le véritable plaisir. On obtient une suggestion qui agit tel un ancrage sur le tandem corps-esprit. L’utilisation d’ancrage est largement employée par l’hypnose moderne et la PNL.

0

L’hypnose pour faciliter la prise de décision

prise decision

Qui n’a pas déjà entendu : « Il est plus facile de savoir ce qu’on ne veut pas plutôt que ce qu’on veut. » Qui n’a pas été déjà aux prises avec une décision difficile à prendre ? Alors qu’on n’était incapable d’écouter notre petite voix intérieure qui nous disait la bonne solution. Ou encore de reporter à plus tard une décision sans toujours réaliser que le fait de ne pas prendre de décision est une décision. Étrange n’est-ce pas ? L’hypnose et l’hypnothérapie permettent de ré-harmoniser notre conscience pour effectuer le bon choix. L’hypnose fait appel à notre inconscient qui est capable de plus grand discernement que l’esprit analytique conscient. En effet, la puissance de calcul de l’inconscient a été évaluée à deux milliards d’opérations à la seconde. L’hypnose permet au canal de communication avec notre inconscient de se faire.

La prise de décision emprunte généralement deux façons de faire. Il y a la décision rationnelle de type analytique où la personne se fait une liste des pour et des contre de sa décision. Ce cheminement peut être fait sous hypnose légère durant laquelle la personne dialogue avec le thérapeute. D’autres préfèreront décider sur la base de l’intuition en faisant appel à leur ressenti du moment. Ces deux méthodes ont leurs avantages et inconvénients. Une autre façon emprunte sous hypnose le ressenti de la personne tandis que sous hypnose elle visualise qu’elle parcourt des embranchements sur une route ou un labyrinthe. On fait cheminer ainsi la personne dans le temps.

 

Dans tous les cas de figure en fait, l’inconscient connaît déjà la réponse avant qu’elle aille été formulée clairement par la personne. La puissance de calcul de l’inconscient étant de beaucoup supérieure au conscient (suivez ce lien pour plus l’information) tel que démontré par des études. Osez essayer l’hypnose, c’est l’adopter ! Venez nous rencontrer. Il nous fera un plaisir de vous aider.

0
Page 3 du 4 1234